mot de rien pour toi l’ami mort, moineau signais-tu, de la part de ta moinelle

Je ne parlerai pas plus. Comme chez les Rroms. On ne parle pas de ce silence. Dans le respect, dessaisis. Ce n’est pas de l’oubli. Sous le sol marchent les absents, au ciel les papillons. « Figure porte absence et présence ». On ne parle pas des morts, par respect. On ne garde ni photos, ni papiers ni reliques. L’homme mort est mort. Je regarde les papillons. Te lirai, toi si malicieux, te relirai. Chuchoterai nos blagues. « le rire me sauve. » disais-tu. Je regarde les papillons.

Philippe Rahmy, Tribune de Genève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *