Festina Lente.

LES CONTES DE L'ALYCASTREDepuis ma première entrée en résidence d’écriture à La Marelle en Juin 2016 à Marseille, il aura fallu 24 mois de recherches historiques et la collaboration de nombreux spécialistes de textes anciens pour aboutir la version complète des « Contes de l’Alycastre » qui retracent, par des récits entrecroisés, l’épopée méditerranéenne d’un petit dragon oublié. L’Alycastre a fait couler beaucoup d’encre et provoqué bien des courses avant de s’échouer sur la rive septentrionale de l’une de nos îles d’Or. Sur sa route parsemée d’étoiles de mer et de nacres, d’autres résidences ont été bien nécessaires pour débroussailler tous les kilomètres de tablettes de plomb, de papyrus, de parchemins, d’incunables, de traductions de langues perdues, de confidences de maraudeurs et de pilleurs d’épaves. J’ai suivi son sillage de pépites en orpailleur et convaincu la Bibliothèque Méjanes de m’accueillir durant l’Hiver 2017 à Aix-en-Provence pour rassembler tout ce matériel épars, le décanter et recoller les morceaux de cette fresque incroyable. Puis je me suis retiré à la Brégandaïo, (la base arrière d’AZOTH Studio en Haute Provence), au printemps 2018 pour rédiger mon ouvrage. C’est aujourd’hui chose faite : le chant XXI & l’épilogue sont achevés. Les notes de bas de pages sont, à quelque chose près, toutes intégrées. La version 9.6 du manuscrit est sécurisée et imprimée. (Je n’aime pas le mot tapuscrit, j’ai toujours l’impression d’y entendre le mot tapin.)

Il mDATTOLA 2018e faut maintenant prendre du recul. Lire, relire, faire les dernières retouches. Alléger sans doute. Préciser quelques détails aussi. On dit souvent que le diable est dans les détails mais là, dans certains détails de cette aventure, il y a un trésor englouti qui se cache toujours dans une épave, dans un puits, ou sur une île ? Je ne peux pas tout vous dire dans ce billet; ce serait trop long. Il faudra lire car il y a une énigme qui reste en suspens et que moi seul ne pourra pas résoudre. J’en ai déjà résolu beaucoup dans cette affaire, mais celle-là je vous la laisse. Il est temps pour moi d’œuvrer aux autres opus de ce projet transmédia. Le spectacle et l’exposition sont en bonne voie avec la Ville d’Aix-en-Provence. Pour le film, les premiers contacts ont été pris au festival de Cannes en 2017. Le coscénariste est déjà sur le pont. Chaque chose en son temps. Le roman d’abord.

RESIDENCE DE L'ALYCASTRE - SAMANA GWADA

Quoi qu’il en sera, une dernière résidence est en préparation (la quatrième) au pied d’un volcan. Sur une île encore, mais loin d’ici cette fois; dans les Caraïbes. Les propriétaires du domaine de Samana Gwada, lieu de résidence d’artistes plasticiens, m’ont invité à lâcher mon ordinateur et à reprendre une dernière fois la plume pour ciseler au calme le point final. Il y aura vraisemblablement une lecture publique à l’issue de mon travail comme il est d’usage en pareille circonstance. Après les restitutions du cabaret expérimental du Non Lieu à Marseille en 2016, celles de la Cité des Allumettes & de l’Oustau d’Aix-en-Provence en 2017, celle-ci sera donnée à haute voix en intégralité pour la première fois. J’ai hâte du jour de la grande veillée de la « Compagnie du Dragoun qui sommeille ». J’emmène dans mes bagages mon fidèle microphone et sa suspension (un Beyer M88 – ceux qui connaissent apprécieront), mes craies grasses, mes fusains et au cas où, bien entendu, mon maillot de bain.

Don Datto di Mélito le 1er Juillet 2018

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *