Dérive #7

Au bout il n’y plus rien. C’est ici que tout commence. On imagine toujours des villes construites. On s’acharne à développer, à élever, à remplir. Une ville on dit, c’est plein. Ici, au bout, où plus rien à part le chiendent ne pousse, la ville s’épanouit. Elle embrasse la mer, s’y baigne avec toi, te laisse un peu de place, juste ce qu’il faut. À deux elle est plus vaste encore. Il faut imaginer la ville non construite. La ville immense aux contours de brume, avec le chiendent pour fondation et l’imagination comme horizon.

Ton T-shirt posé sur la pierre, son blason.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *