Dérive #10

Dans les « Leçons Américaines », Italo Calvino prend pour exemple l’histoire de Persée et Gorgone pour illustrer selon lui le rôle de la fiction. « Un seul héros est capable de trancher la tête de Méduse… Persée, qui ne tourne jamais les yeux vers le visage de la Gorgone, mais seulement vers son image reflétée dans le […]

Continuer la lecture →

Dérive #9

À l’extrémité du regard plonge le cormoran. Les plumes du cormoran ne sont pas imperméables. Elles se gorgent d’eau pour la plongée, ce qui lui permet de nager longtemps et profondément sous l’eau. Parfois on ne le voit pas réapparaitre. Parfois le cormoran se perd. C’est le prix de la gravité. Il en va ainsi du […]

Continuer la lecture →

Dérive #8

Plus loin encore, la tentation de la ville revient. La ville n’est jamais finie. Le terrain vague son éternelle conquête. Toute ruine une invitation à poursuivre. La pierre taillée éprouve-t-elle de la fierté ? Elle ne peut ignorer qu’elle fut brisée pour dominer. L’empilement l’atteste. Plus pierre que les autres pierres. Une pierre augmentée. On ne tague pas […]

Continuer la lecture →

Dérive #7

Au bout il n’y plus rien. C’est ici que tout commence. On imagine toujours des villes construites. On s’acharne à développer, à élever, à remplir. Une ville on dit, c’est plein. Ici, au bout, où plus rien à part le chiendent ne pousse, la ville s’épanouit. Elle embrasse la mer, s’y baigne avec toi, te […]

Continuer la lecture →

Dérive #5

Le rose tu ne le vois pas tout de suite. Quand tu quittes l’avenue rolleix-repetto-church’s tu traverses la rue et là soudain c’est rose : sur 100 mètres à droite, à gauche. Ça déroule du rose. Le rose c’est pour les filles. C’est écrit dans les manuels de vente. Le rose, depuis toutes petites, ça les […]

Continuer la lecture →